POURQUOI ABRAHAM NUCLÉAIRE ?

Parce que la première victime de l'industrie nucléaire, c'est la démocratie.

mercredi 4 novembre 2009

Le Regroupement pour sortir le Québec du nucléaire s'oppose à l'acquisition de la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau par Hydro-Québec

COMMUNIQUÉ
Pour diffusion immédiate
Achat d’Énergie Nouveau-Brunswick
Hydro-Québec doit exclure la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau

Montréal, le 2 novembre 2009 : Hydro-Québec doit exclure la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau, ainsi que tout projet d’expansion nucléaire, de la transaction visant l’acquisition d’Énergie Nouveau-Brunswick. Selon la coalition Sortons le Québec du nucléaire, le prix à payer pour une telle " nucléarisation " de la société d’État et pour son expansion dans les maritimes pourrait obliger le territoire Québécois à accueillir l’ensemble des déchets nucléaires canadiens. La prise de responsabilité par Hydro-Québec des milliers de tonnes de déchets nucléaires du Nouveau-Brunswick constitue la " pilule empoisonnée " de l’achat d’Énergie Nouveau-Brunsnwick.

Selon Christian Simard de Nature Québec, un des porte-parole de la coalition, " L’acquisition de Pointe-Lepreau ferait entrer de manière non-équivoque le Québec dans le club nucléaire canadien. Cela va à l’encontre des politiques traditionnelles du Québec à l’égard de la filière nucléaire depuis que René Lévesque a décrété, en 1979, un moratoire sur son expansion et que Robert Bourassa a établi, en 1989, une politique affirmant que jamais le Québec n’acceptera de procéder à la gestion permanente des déchets radioactifs sur ou en bordure de son territoire. Jusqu’à ce jour, la politique du gouvernement du Québec a constamment réitéré que l’aventure nucléaire québécoise se terminerait avec la fin de vie utile de la centrale nucléaire Gentilly-2 prévue pour 2013.

Pour les québécois, devenir des promoteurs, via Hydro-Québec, de la filière nucléaire canadienne aura des conséquences environnementales, économiques, sociales et intergénérationnelles considérables. En contrepartie, le Québec devra rendre accessible le territoire québécois à la gestion permanente de tous les déchets nucléaires produits par les sites nucléaires canadiens. Il héritera en plus des engagements convenus entre le gouvernement du Nouveau-Brunswick et Team Canada. Rappelons que parmi ces ententes, Énergie Nouveau-Brunswick s’est engagé à construire un deuxième réacteur nucléaire.

Pour Michel Duguay, coordonnateur de la Coalition, " Nous devons alerter la population du Québec et exiger du gouvernement qu’il refuse d’inclure la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau dans son projet d’achat d’Énergie Nouveau-Brunswick. Le gouvernement Charest n’a pas la légitimité requise pour autoriser, sans consulter la population, l’acquisition par l’État québécois de la centrale nucléaire de Pointe-Lepreau, ni à s’engager, sans aucun débat, à construire Pointe-Lepreau 2. "

L’acquisition de Pointe Lepreau impliquerait également que le Québec devienne le propriétaire légal de tout ce que contient ce site nucléaire, y compris ses milliers de tonnes des déchets radioactifs. Personne au monde ne sait que faire de ces déchets et au fil des ans les coûts relatifs à leur gestion permanente ne cesse de prendre des proportions astronomiques. Au Canada, l’évaluation officielle des coûts de gestion permanente des déchets de combustible irradié est passée de quelques centaines de millions de dollars à plus de $ 24 milliards. Tous les observateurs s’entendent pour dire que cette évaluation est largement sous-estimée.

Le vieillissement prématuré de la centrale nucléaire CANDU de Pointe-Lepreau et la catastrophe financière dans laquelle son projet de réfection a précipité la société d’État New Brunswick Power Authority devrait inciter les élus Québécois à la prudence la plus élémentaire et à refuser cette transaction. La réfection de réacteur nucléaire effectuée dans de si mauvaises conditions compromet sérieusement la qualité des travaux en cours à Pointe-Lepreau. Considérant que la durée de vie moyenne des centrales nucléaires canadiennes rénovées ne dépasse pas sept ans, il serait prudent que le gouvernement du Québec exige qu’Hydro-Québec retire Pointe-Lepreau de son projet d’acquisition.

Selon Laure Waridel, écosociologue, " Plutôt que de s’entêter à poursuivre dans la voie du nucléaire, le gouvernement du Nouveau-Brunswick devrait, tout comme le gouvernement du Québec d’ailleurs, mettre fin aux incertitudes engendrées par la réfection des réacteurs nucléaires de Pointe-Lepreau et de Gentilly 2. Nos gouvernements respectifs devraient immédiatement décréter le déclassement de leur site nucléaire et utiliser autrement les $ 875 millions que chacun a déjà provisionnés à cet effet ".

Les efforts conjugués des sociétés d’État que sont Énergie Nouveau Brunswick et Hydro-Québec seraient en mesure de mettre au point l’expertise requise au déclassement, le plus sécuritaire possible, des centrales nucléaires canadiennes et étrangères. En procédant immédiatement à la sécurisation complète de nos sites nucléaires selon les plus hautes exigences reconnues internationalement et à l’élaboration des modalités de suivi radiologique des travaux requis pourraient non seulement créer beaucoup d’emplois pour des décennies, mais mettraient nos populations à l’abri des risques d’accidents technologiques, naturels ou de malveillance humaine (terrorisme et militaire) inhérents à l’exploitation des centrales nucléaires. Un marché évalué à mille milliards de dollars devra être consacré au déclassement des infrastructures civiles et militaires selon le journal Le Monde. " À nous de conquérir ces marchés et ainsi contribuer à solutionner les problèmes engendrés par la filière nucléaire plutôt que de nous entêter à les perpétuer " de conclure Michel Duguay.

Pour information :
Michel Fugère, Mouvement Vert Mauricie , tél. 819-532-2073
Michel Duguay, Mouvement Sortons le Québec du Nucléaire , tél. 418-656-3557
Christian Simard, Nature Québec, tél. 418-931-1131
Le regroupement "Sortons le Québec du nucléaire " est constitué des organismes suivants :
Action Re-buts
Association de défense des droits
Alternatives
Artistes pour la paix
Association contre le port méthanier
Association pour la protection de l'environnement de Lévis (APPEL)
Association pour la protection de l'environnement des Hautes-Laurentides (APEHL)
Association québécoise de lutte contre la pollution atmosphérique (AQLPA)
Association québécoise des professionnels en éducation relative à l'environnement
Athabasca Bioregional Society ( ABS - Alberta)
Canadian Environnemental Law Association ( CACC - Michigan)
Centre conseil grossesse de Trois-Rivières
Chute Libre
Citizens for Alternatives to Chemical Contamination
Coalition des citoyens de Mékinac
Coalition pour un Québec des régions, Mauricie
Coalition Québec Vert Kyoto
Coalition Verte de Trois-Rivières
Coll.contre l'Enfouissement des Déchets Radioactifs ( CEDRA-France )
Comité de l'environnement de Chicoutimi (CEC)
Community Coalition Against Mining Uranium (Ontario)
Conseil de conservation du Nouveau-Brunswick (CCNB)
Cuisines collectives de Francheville
Earth Dance Studio
EcoJustice
École de musique Vincent-d'Indy
Énergie Solaire Québec
Energy Probe
ENvironnement JEUnesse
Equiterre
Fondation David Suzuki
Fondation Les Rivières
Front commun des personnes assistées sociales du Québec ( FCPASQ )
Front commun québécois de gestion écologique des déchets (FCQGÉD)
Glacialis
Greenpeace
Groupe d'éducation relative à l'environnement, 3R
Groupe d’action pour la protection de l’environnement – TRO
Groupe d'action pour restauration du lac Saint-Pierre
Groupe de recherche en écologie sociale, Université de Montréal
Groupe de recherche interdisciplinaire en gestion de l'environnement (GREIGE), UQAM
Groupe Écosphère ( Frelisburg )
Groupe Fierté Mauricienne
Groupe-Ressource du Plateau Mont-Royal
Institut de Santé Naturelle Fleury-Rode
Inter Chuch Uranium Committee Educational Coop ( Saskatchewan )
Journal de rue La Galère
La Fête Verte (Québec)
La traversée Philanthropique
Le comité de protection des lacs Marquis
Le Conseil des Canadiens ( Ontario - Québec )
le Poids Vert; association étudiante
Les Amis de la Terre de Québec
Les Jardins de la Cité
Ligue des citoyens du secteur Beaurivage Shawinigan
Maison des grands-parents de Villeray
Maison des insectes inc.
Maison des jeunes
Médecins aux pieds nus – Canada
Mouvement Au Courant
Mouvement Écologique du Collège Lionel Groulx
Mouvement Interculturel pour l'Environnement ( MIE )
Mouvement vert Mauricie
Muséobus
Nature Québec
OJM (Organisme Jeunéthiquement Modifié)
Professionnels de la santé pour la responsabilité nucléaire
Professionnels de la santé pour la survie mondiale (PSSM)
RABAT-JOIE
Regroupement des organismes environnementaux en énergie
Regroupement des travailleurs victimes du nucléaire
Regroupement pour la surveillance du nucléaire (RSN)
Réseau Ressourcerie
Réseau "Sortir du nucléaire" (France)
Réseau québécois des groupes écologistes (RQGE)
Réseau Québécois pour la Simplicité Volontaire
REVE
Sierraclub Québec
Société pour vaincre la pollution
Union Paysanne
Union Saint-Laurent Grands Lacs
Zéro Nucléaire

Aucun commentaire:

Publier un commentaire